jeudi 06 décembre

C'est assez !

Voici un appel que je souhaite relayer. Une fois n'est pas coutume.
On connaissait les scientifiques japonais, mais si les scientifiques écolos de chez nous s'y mettent, on n'y arrivera pas.

_est_assezEn Nouvelle Calédonie notre patrimoine environnemental mobilise toutes nos énergies.

 

Comment  vivre  sans dégrader  notre beau pays et comment réparer nos erreurs antérieures telles sont  nos préoccupations majeures. La Nouvelle Calédonie fait valoir ses valeurs de terre d'accueil et son lagon va faire l'objet d'une inscription à l'Unesco. Cette mobilisation réconforte car enfin elle rétabli l'homme et son intelligence au service au de la nature.

 

Une lacune subsiste, tellement grosse qu'elle échappe à la plupart d'entre nous.
Nous savons  que les gros mammifères marins subissent  depuis toujours nos instincts les plus vils. On les a agressé de tous temps pour des raisons qui vont du simple jeu à diverses formes d'intérêt économique car en dépit de leur potentiel de réparti ces animaux sont sans défenses, les baleines ont toujours eu un comportement totalement pacifique et délicat propre à défier nos règles de logique. Jamais une baleine ne s'est rebiffée, même
touchée à mort elle ne fait que subir son sort injuste.

 

Il y a tous justes trois ans une recherche passionnante d'informations photographiques, acoustiques et visuelles pour analyser le comportement des baleines mobilisait skippers, particuliers et scientifiques.

 

Malheureusement tout a changé brutalement.

 

Cette année l'association Cétacé s'est métamorphosée en une entreprise indigne de l'homme et complètement déconnectée du moindre respect de la vie des animaux.
Le prétexte de préserver nos amies les baleines abouti aujourd'hui à un marché qui augmente de manière exponentielle. On cherche des fonds pour les étudier et on les étudie avec toute l'énergie de travailleurs infatigables. On se fait offrir des embarcations rapides, du matériel, des fusils et des budgets importants pour agir et se faire accepter par
l'opinion publique.

 

_est_assez____a_suffit__Cette saison une équipe a poursuivi les baleines à bosse de 5h30 le matin jusqu'à la tombée de la nuit sans relâche pendant toute la période de présence de ces animaux dans notre lagon. Fonçant sur les animaux pour leur planter fléchettes à biopsie ou balises Argos dans le dos. La zone d'observation de ces animaux a été ainsi quadrillée tous les jours, ne
laissant aucune chance à une baleine de ne pas être martyrisée. Les baleines les plus sympathiques désireuses de nous voir ont eu droit à un quota d'une quinzaine ou plus de fléchettes dans le dos. Une baleine recevant une fléchette ou une balise ne dit pas "merci ", tapant de la queue, se tortillant en disparaissant: ça lui a réellement fait très mal !
L'activité dite scientifique consistant à harceler, blesser et mutiler les baleines aboutit à dévaloriser la recherche scientifique dans son ensemble car scientifiquement elle est inutile voir nuisible, les renseignements obtenus n'ont qu'une utilité celle de renseigner les chasseurs de baleines.

 

Exerçant l'activité de "whale watching" depuis très longtemps aux Açores, au Canada puis en Nouvelle Calédonie je m'efforce avec quelques amis skippers de faire comprendre à tous mes clients l'intérêt d'une approche délicate de ces gros animaux et il n'est pas une sortie ou mon équipage n'a pas en retour de cette délicatesse l'expression d'un "grand merci"
sous la forme d'un festival de sauts de battements de nageoires ou d'une visite à quelques mètres. Certain de mes amis ont eu même le privilège de caresser une baleine du plat bord de leur bateau celle-ci étant venue de son plein gré se faire caresser.

 

Je vous demande vous aussi de transmettre ce message et vous invite dès le retour de nos amies les baleines à venir très nombreux les accueillir conformément aux règles élémentaires de courtoisie.

 

Serge Bessault (gérant de Captain chéri croisière)

Posté par ecovillage à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur C'est assez !

Nouveau commentaire